Publié par : lionnel | 7 août 2010

L’homme unidimensionnel

Je suis toujours là, malgré le fait que je n’ai pas été actif de l’été sur mon blogue, il a été assez mouvementé de mon côté.

Mon prochain article portera sur le livre du Herbert Marcuse; l’homme unidimensionnel.

C’était simplement cela. Bon mois d’aout!

Publicités
Publié par : lionnel | 22 avril 2010

#8: Conclusion – Éthique et Liberté

Cette entrée est la dernière partie du blog de groupe, pour aller au billet d’introduction allez sur le blog du Prof.

Au final, la liberté d’expression. Quel est son but? 

Autant pour faire valoir une opinion que pour dire des propos choquants, la liberté d’expression sert à nous exprimer librement. Simple non? Mais ça va plus loin; les propos choquants permettent d’une certaine façon de générer les débats, ce qui permet de mieux façonner notre identité individuelle et culturelle. Les débats permettent de justifier ces idées. 

La liberté d’expression « pure » permet de faire valoir des idées, bonnes ou mauvaises sans contraintes. Le problème est quand des idées extrémistes qu’elles soient vues comme négatives ou pour « le plus grand bien » prennent le dessus et deviennent norme et demandent conformisme. Cela peut se faire de manière positive ou négative, c’est de la censure sous ses différentes formes (intimidation, limitation, contrôle, humiliation ou autres) qui limitent le champ de pensée et d’expression. La censure sert autant pour limiter les idées négatives qu’on ne veut pas entendre, mais aussi pour garder hors de portée des idées s’opposant et critiquant le système en place, par exemple la situation en Chine aujourd’hui et aux États-Unis en 2004. 

Comme le dit Filip Spagnoli, avec l’exemple suivant  : le droit d’un journaliste de parler d’un politicien entre en conflit avec le droit de ce dernier à avoir une vie privée. Quoique si le politicien est corrompu, le droit de la sécurité publique (et donc que le journaliste produise son article) prime sur son droit de la vie privée. 

Et là entre le débat sur la « hiérarchie » des valeurs en question, lesquelles prévalent? Droits humains? Liberté de presse? Droit à la sécurité et la justice? 

 «L’éthique»  derrière la liberté d’expression permet d’éviter des propos qui sont sans fondements, basés sur la désinformation. Une opinion que je qualifierais de valable est une opinion bien informée, car elle est justifiable. Cela ne rend pas une opinion ou une idée moins informée sans valeur.

 Le proverbe : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. » (qui est essentiellement le résumé du 4e article de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789) est un proverbe exprimant bien l’idée générale de la liberté d’expression :

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Retours vers l’introduction (The Prof), 1ere partie (Cheshire’s Cat), 2e partie (Mr.Bear), 3e partie (Gille-Luce), 4e partie (Grand Master Chief), 5e partie (CyberBlogMedia), 6e partie (The Prof), 7e partie (Dimitilium).

Publié par : lionnel | 15 avril 2010

Entrée #10 – evitcepsorteR

Cette dernière entrée de cette série de billets pour mon blog sera consacrée a une rétrospective sur cette session du cours de méthodologie de la recherche.

Dans le cadre du cours nous avons appris à améliorer notre capacité de recherche afin d’analyser la validité d’une source d’information. Nous avons aussi amélioré notre capacité critique face à des problèmes aussi liés à la recherche. Du moins, cela a changé ma perception des choses. Je me surprends à analyser les discours des politiciens (et finalement, comprendre quand ils ne répondent pas aux questions), le ton des articles à la télévision, et douter de toute statistique sans méthodologie que je croise. C’est facile de laisser passer et d’ignorer, mais je trouve plus intéressant de déconstruire et analyser tout ce contenu.

Pour faire simple,  j’ai trouvé très intéressant tout l’aspect recherche, questionnement et analyse par rapport aux sources (par exemple, des sondages sans fondements) et aux problèmes liés à une recherche qui manque de profondeur. Bien que ça puisse paraître évident, une donnée, un sondage ou une statistique sans contexte et sans une méthodologie accessible est commun au point que les gens pourraient être tentés de prendre les chiffres comme vrais sans les vérifier.

Dans le cadre de la recherche, en rétrospective, la difficulté reste principalement dans la gestion du temps pour la réalisation de la recherche en elle-même, mais aussi pour la préparation de nos exposés oraux. En fait, bien que je n’étais pas particulièrement excité à l’idée de produire des présentations orales, je crois que c’est très important au moins pour l’aspect plus technique de comprendre « Qui » dit « Quoi », « Comment il le dit » et à quel « Public ». De mémoire, c’est la première fois que je voyais un exposé oral analysé de cette façon et a rendu bien évident pour moi à quel point la préparation pour un tel travail était importante et efficace.

Publié par : lionnel | 8 avril 2010

Entrée #9: Retour aux sources

Dans cette entrée je vais vous parler des différentes sources que j’utiliserai pour ma recherche.

La première source est le site internet appelé le projet Daedalus qui fait aussi écho sur le site Ariadne du même auteur: Nicholas Yee . L’auteur est un diplômé de l’université de Stanford et travaille dans le domaine de la recherche à « Palo Alto Research Center (PARC) » avec un focus sur les jeux en ligne et les interactions dans les environnements virtuels. Ces sites sont en fait l’endroit où l’auteur a mis les résultats de sa recherche sur les MMORPGs. Sa recherche couvre un grand nombre de questions, de nombreux facteurs sont considérés et le tout est basé sur une recherche statistique par sondage sur un échantillon d’environ 4000 répondants. Ce qui me porte à considérer sa recherche comme étant solide. Le fait qu’on ait accès facilement à sa méthodologie, à sa banque de données, et à ses analyses lui donne encore plus de crédibilité due à cette transparence.

J’ai l’intention de me servir de ces données et ces analyses pour supporter mes arguments pour ma recherche.

Ma deuxième source est un livre intitulé « La cyberdépendance en 60 questions » par l’auteur et psychologue Jean-Charles Nayebi. Son livre de 128 pages traite de la question de la cyberdépendance sous ses différents aspects et versions, comme la dépendance à la porno, aux jeux d’argent, à l’accumulation de données ect. Les propos sont clairs et accessibles (un peu vulgarisé mais ça reste précis) et le format des 60 questions limite la longueur des explications sur les différents sujets, mais les informations données, et les graphiques explicatifs sont intéressants pour faire un portrait efficace et accessible du problème. Un bon livre pour établir les bases sur le problème de la cyberdépendance.

Troisième source. C’est un livre intitulé « A Theory of Fun for game design » par Raph Koster. L’auteur est un designer de jeu et écrivain. Le livre de 250 pages est en fait 2 livres en un, la moitié des pages (celles de gauche) sont le livre sur la « théorie du fun » et presque toutes les pages de droites sont des dessins avec quelques mots qui font la synthèse, humoristique, de la page voisine. En tant que tel c’est étrange, mais c’est en fait un effort de vulgarisation que l’auteur utilise pour faciliter la compréhension des théories plus poussées dans son livre qui couvre entre autres le fonctionnement du cerveau et de notre capacité apprentissage, le tout mis en relation avec le design des jeux et leur composition. Un livre intéressant, réfléchi et amusant à la fois. Je me sert de ce livre pour mieux cerner les liens entre le jeu et le joueur, ce qui motive à jouer.

Quatrième source est un livre intitulé « Comprendre le comportement humain » par Bertrand Garon et Michèle Roy (professeurs à l’université de Sherbrooke). Un livre pointu sur l’observation, l’analyse et l’intervention psychologique. Pour faire court, c’est un livre qui s’adresse aux gens du domaine et n’est donc pas aisé à suivre et comprendre pour moi, mais je vais quand même me servir du livre pour aller chercher quelques notions de psychologie plus avancées pour m’aider à faire d’autres liens par rapport au comportement des joueurs.

Ma dernière source est un livre d’introduction à la psychologie, le titre est « Introduction à la psychologie » par Rod Plotnik, des éditions Chenelière/McGraw-Hill, adaptation française par Carole Dubuc et Nathalie Talon (il existe plusieurs versions du livre). C’est un livre qui s’adresse aux étudiants débutants dans leurs cours de psychologie, l’approche est plus par exemples qui s’adressent directement aux éléments de la vue étudiante (anxiété et autres) et contient l’ensemble des théories psychologiques, incluant le béhaviorisme qui m’intéresse. Je me sert de ce livre comme base pour le béhaviorisme et les systèmes de conditionnements car j’avais besoin de retourner aux bases qui étaient pour moi très vielles et « rouillées ».

Publié par : lionnel | 1 avril 2010

Entrée #8 – Grand Master Chief

  Je vais commenter l’entrée #7 de Grand Master Chief 

C’est intéressant de voir qu’il y ait une grande quantité d’information sur le sujet, mais comme mentionné cette abondance marche contre elle-même; il faut faire le tri.Une des choses qui me dépasse (la musique n’étant pas un domaine qui m’intéresse en particulier), c’est que je ne connais pas la différence entre les différentes variétés de « métal » autant au niveau musical que leurs « coutumes ». Il y a aussi le fait que les différents groupes sous un même « métal » ont sans doute des méthodes différentes, ou similaires. En gros, la recherche va telle suivre un groupe de heavy metal ou plutôt la tendance générale?  

Une question que je me pose aussi, c’est comment on définit/quantifie l’intensité d’un concert (je dis cela de mon point de vue d’ignorant), je vois l’importance de ce facteur mais je serais curieux de savoir comment il sera abordé. Est-ce que le documentaire aura des groupes locaux comme source?  C’est un projet qui vient chercher bien des passions et des émotions fortes, alors mettre de la passion en format documentaire ça va donner un résultat intéressant.

Oh, et bien sûr du ridicule pour ce 1er avril. 

Publié par : lionnel | 25 mars 2010

Entrée #7 – Status de la recherche

L’état actuel de ma recherche est à présent a une étape de relative stagnation considérant que j’ai tous les documents (livres et  internet) que je crois avoir besoin pour ma recherche. Mais je dois les lire, relire et annoter ces documents pour en extraire le contenu et ensuite tisser les liens qui les unis, qui est une tâche longue. Le plus gros facteur de difficulté en ce moment est surtout la gestion du temps pour pouvoir faire aussi mes autres travaux universitaires.

Mais, d’un autre côté j’ai choisi mon hypothèse de recherche: En me basant sur la théorie béhavioriste du comportement, expliquer en quoi le caractère addictif des jeux vidéos multijoueur en ligne peut favoriser la cyberdépendance.

Bien que l’hypothèse soit longue, je crois avoir cerné ce que je voulais couvrir et ainsi m’éviter de m’égarer avec les autre pistes possible sur les causes de la cyberdépendance. La théorie béhavioriste est la plus adaptée pour expliquer le phénomène et elle s’accorde parfaitement avec le design des jeux (le caractère addictif) dans le sens où les jeux sont basés sur un système de renforcements positif, de récompenses et de punitions pour encourager les joueurs a continuer de jouer. Ce qui est intéressant avec cette information est de voir les parallèles très fort entre les jeux et cette théorie qui semblent montrer que les concepteurs de ces jeux se sont bien documentés en psychologie.

Publié par : lionnel | 18 mars 2010

L’expérience de Milgram de retour!

Intitulé « Le jeu de la mort » C’est un documentaire fait par Christophe Nick.

C’est une émission appelée « La zone Xtrème ». Des candidats ne sachant pas le véritable but du jeu, sont en fait observés par des psychologues alors qu’ils répètent l’expérience de Milgram dans un contexte similaire, mais à la sauce émission de télé. Les cobayes poussent les leviers (tous gradés a différents grades de volts, qui sont en fait des faux) et un acteur joue le rôle de la victime. Il y a aussi un public.

C’est essentiellement un autre opus de l’expérience de Milgram; La soumission à l’autorité.

Fait intéressant, l’expérience de Milgram obtenait un taux d’environ 65% de gens qui allaient jusqu’au bout dans son expérience de base. Bien que je ne sache pas les éléments particuliers de cette expérience particulière de M.Nick:

Finalement, 81 pour cent des concurrents ont fait monter le voltage au maximum, à un niveau potentiellement mortel, selon L’Expérience Extrême, un livre rédigé par Christophe Nick, le producteur. Seulement 16 personnes parmi les 80 participants se sont retirées. (source: Article de Canoe)

Le truc étrange c’est que l’expérience semble être basée sur le « pouvoir de la télé », mais ce n’est que le contexte et je ne trouve pas que cette question est pertinente car ils ne semblent pas avoir changé l’expérience de Milgram suffisament pour savoir si l’aspect télévisuel est réelement un aspect important de la question. Il y a plusieurs facteurs en jeu dans cette expérience, et tous influent sur le résultat. Je lance bien des éléments en l’air ici, mais il faudrait pouvoir voir ce documentaire pour se faire une idée claire.

Un extrait de film faisant démonstration de l’expérience de Milgram.

Clip de nouvelles sur le sujet.

Article sur youtube

Article sur 20minutes.fr et Canoe

Publié par : lionnel | 18 mars 2010

Entrée #6: Niveler par le bas

Je vais vous parler du tout-nouveau (mais qu’on entend parler depuis quelques années) H2O Vac Turbo, plus particulièrement de sa publicité, et des problèmes liés à la persuasion dans cette pub. Je n’ai pas trouvé la version qu’on peut voir au Québec, avec le docteur qui recommande le produit.

La pub commence avec un argument mentionnant que leur produit est le plus innovant depuis 50 ans. En considérant le fait que les aspirateurs existent depuis plus longtemps que cela, et qu’en 1960 l’aspirateur moyen avait cette apparence..  (voir photo, c’est un aspirateur Hoover de 1960)

Le plus innovant? Les aspirateur à base d’eau ne sont pas nouveaux non plus, et il existe bien d’autres concurrents et différents modèles et cet argument est donc sans fondement, car il n’est pas supporté.

Puis il y a ses utilisations pour démontrer sa force et son efficacité, comme soulever une balle de bowling avec un embout adapté ( En quoi c’est représentatif de la force et l’efficacité de la succion pour la poussière?) ou aspirer un œuf ou des céréales sur une table (un torchon et de l’eau savonneuse coûte moins cher et est plus efficace, et moins bruyant).

Et ils présentent sa facilité d’utilisation, en l’opposant a d’autres modèles mobiles mais en les présentant sous un angle biaisé en filtrant leurs exemples en niveaux de gris (une méthode que l’on voit souvent) et montrant des gens incompétent les utilisant. Leur argument ne gagne pas en force quand il faut dénaturer les arguments concurrents, ils démontreraient la force de leur produit si il est capable de faire mieux contre les concurrents dans des circonstances identiques.

Puis ils disent que leur produit est unique car il absorbe la poussière que l’on voit, et celle que ne voit pas. Tous les aspirateurs concurrents le font aussi quand on y réfléchit. Ce n’est pas un argument particulièrement solide considérant que c’est le rôle d’un aspirateur d’aspirer la poussière.

Un autre point que je mentionnerai est dù a un article du magazine Protégez-Vous que j’ai lu dernièrement. La pub montre toujours leur produit immaculé, n’ayant qu’une ou deux utilisations faites avec. Avec les saletés aspirées avec l’eau elle ne serait pas pure pour bien longtemps. Les saletés vont coller à la surface du bac et il va falloir le nettoyer après chaque utilisation du H2O Vac sinon elles vont s’accumuler et sentir mauvais, ce qui est moins simple que la publicité nous laisserait croire. L’exemple de la pub n’est donc pas représentatif d’une utilisation réelle.

  Un autre argument, celui-ci basé sur la version Québécoise et sur leur site web. Un docteur apparait à l’écran et dit « En tant que médecin je recommande le H2O Vac ». Il ne donne pas de raison particulière, on ne mentionne pas sa spécialité, il ne fait que passer pour donner un avis basé sur un « expert », une figure d’autorité. Mais son intervention est trop vide de sens pour être crédible. 

Publié par : lionnel | 11 mars 2010

Entrée #5 – Générations

Je commenterai sur le projet de Casey. Les conflits de valeurs entre les générations est un sujet que je trouve très intéressant et qui touche bien des aspects de la vie des parents et de leurs enfants, et peut-être aider à faire un pont entre les générations et voir au delà des stéréotypes et des préjugés. Après tout, c’est toujours bon de savoir ce qui rend grand-papa grincheux quand on mentionne le mot « Ipod ».. bien que parfois ça peut paraître évident, on ne sait pas toujours pourquoi.

Du même élan, c’est une recherche sur le facteur humain et sur les valeurs que les gens ont « intégrés » dans leur vie, alors il faudra faire attention à rester objectif et neutre par rapport à ces valeurs et les sources pour la recherche. Mais du même coup ça peut être difficile de ne pas viser trop large (bien que mettre les valeurs des gens en contexte par rapport à leur époque peut être pertinent) alors c’est important de bien cerner l’hypothèse et d’y adhérer… pour se sauver des maux de tête plus tard, car ce n’est pas le contenu qui manque.

Les pistes et la compréhension que cette recherche va nous permettre d’en comprendre plus sur nos parents, nos grands-parents et nous-mêmes est à la fois désirable et intéressant, au bout de la ligne sans doute que ça va aider à la communication en général et aussi en ce qui concerne la technologie, et voir même nous donner des pistes pour nos propres enfants, qui sait?

Publié par : lionnel | 2 mars 2010

Une vidéo très amusante; OK Go – This Too Shall Pass

C’est intitulé: OK Go – This Too Shall Pass – RGM version

Imaginez le temps pour faire un reset!

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories